Histoire du ballon ovale au pays des Helvètes

L’année 2017 s’est achevée et c’est le moment des bilans. Après avoir fait un point sur la situation de l’équipe helvétique sur le plan international dans un précédent article , un focus sur la situation nationale s’imposait.

Volet 1 : Naissances et disparitions des clubs suisses de rugby

Naissances et disparitions des clubs suisses de rugby

Cela n’aura échappé à personne, le rugby reste un sport mineur en terre helvète. On l’explique notamment par son histoire, deux fois plus jeune que celle des grandes nations que sont l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande ou la France. Elle commence une soixantaine d’années plus tôt aux abords de Genève avec une première équipe qui se consolida en 1965 sous une forme plus officielle. C’est ainsi que naît le Rugby Club Cern grâce à André Cordaillat, son président, qui joua un rôle prépondérant dans la création de la Fédération Suisse de Rugby en 1971. Cette décennie (1965-1974) sera rugbystiquement la plus florissante de son histoire avec dix-neuf nouvelles formations qui intègrent le jeune championnat suisse.

Capture d_écran 2018-03-02 à 09.16.26

Seize autres clubs voient le jour les vingt années suivantes mais entre 1996 et 2005, le rugby semble en panne. Seuls deux clubs apparaissent. Dans le même temps, des formations s’essoufflent faute de joueurs, d’éducateurs et/ou d’infrastructures. Certaines cessent leur activité à l’instar des clubs de Monthey, Martigny et Thun. L’effet coupe du monde oblige, c’est à partir de 2007 que la dynamique s’inverse. Onze clubs émergent dans sept cantons différents en seulement cinq ans. Au total, cinquante et une équipes ont évolué sur les pelouses suisses depuis 1965 dont 33 restent actives soit un taux de disparition d’environ 35%. L’ancienneté d’un club semble être un gage de réussite dans la compétition : sept clubs sur neuf qui évoluent en Ligue A (NLA) ont plus de quarante ans d’existence. Parmi eux, le plus grand nombre de titres revient à deux clubs genevois dont le doyen de l’ovalie suisse.

La prochaine coupe du monde au Japon en 2019, couplée d’une médiatisation croissante de ce sport télégénique, devrait maintenir les effectifs et même favoriser de nouvelles vocations sportives.

À suivre : volet 2, la localisation des clubs suisses ; volet 3, les écoles de rugby.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s